Canette / Cannette

Corrects tous les deux

L’origine du mot canette, que certains écrivent cannette, est complexe. Au milieu du 19e siècle, il s’agissait d’une petite bouteille en verre contenant de la bière ou du jus. Par la suite, avec la popularisation de la vente d’eau gazeuse et de bière en boite de conserve (can en anglais), le terme a connu une seconde vie. Le mot canette, répandu aujourd’hui au Québec et en France, désigne maintenant une petite boite métallique contenant une boisson.

Salle de montre

Les Français préfèrent parler de showroom

Au Québec, l’expression salle de montre est dénoncée par des puristes comme une faute de français ou un archaïsme. En France, pendant ce temps, le mot le plus courant aujourd’hui pour désigner l’endroit où sont exposés des produits de consommation d’une certaine taille (voitures, meubles, etc.) est showroom (que certains écrivent show-room avec un trait d’union). La commission FranceTerme a déjà proposé salle d’exposition pour ce concept, sans grand succès. Au Québec mais aussi en France (voir l’exemple ci-dessous), la salle d’exposition est souvent associée à l’univers des musées.

Site web du Musée du Louvre, 12 juillet 2019 :

Salle d'exposition Le Louvre 2019.png

Arachide / Cacahouète

Québec : arachide. France : cacahouète.

Au Québec, de même qu’en Afrique, le mot le plus couramment employé pour désigner ce fruit est arachide, qui est féminin (ex. des arachides salées). Le beurre d’arachide (qui s’écrit également beurre d’arachides avec s) est un produit courant depuis longtemps en Amérique du Nord. En langage familier, les Québécois disent aussi pinotte (du mot anglais peanut). En France, on utilise plutôt cacahouète ou cacahuète, qui se prononce toujours kaka-ouète. Au Québec, pistache est encore parfois employé au sens d’arachide, mais y est considéré comme vieilli dans ce sens.

Très faim, très hâte

Seuls quelques puristes défendent encore grand faim, grand hâte

Est-il correct d’écrire avoir très faim ou avoir très hâte de partir? Oui. Ces constructions sont correctes, et consacrées depuis longtemps par l’usage. Certains puristes, dont l’Académie française, les jugent encore fautives parce qu’elles associent un adverbe (très) à un nom (faim, hâte). À leur avis, il faudrait écrire avoir grand faim ou avoir grand hâte de partir. Autant de tournures surannées.

Sous-verre

Québec : sous-verre. France : dessous de verre.

Au Québec, en Belgique et dans certaines autres régions de la francophonie, le mot sous-verre désigne un objet plat qu’on met sous les verres pour protéger la table. Quelques puristes québécois ont déjà vu là une « faute de français » plutôt qu’une simple variation d’ordre géographique. Des sous-verre reste invariable en orthographe traditionnelle et s’écrit des sous-verres en nouvelle orthographe.

En France, selon le Robert, le mot sous-verre désigne une gravure, affiche, etc. présentée sous une plaque de verre pour la protéger, comme on peut en voir, par exemple, dans un musée. Afin de préserver une table contre les cernes des coupes de vin, les Français utilisent plutôt des dessous de verre, qu’on peut écrire des dessous-de-verres (avec des traits d’union et un s final) en nouvelle orthographe.