Resurgir / Ressurgir

Corrects tous les deux

Les deux verbes ont le même sens et la même prononciatiion (re-sur-gir), et les deux graphies sont aussi courantes l’une que l’autre. Cependant, contrairement au verbe resurgir / ressurgir, le nom résurgence est prononcé dans tous les ouvrages avec un z : ré-zur-gen-se.

Chardonay / Chardonnay

Corrects tous les deux

Beaucoup de flottement autour de ce mot. Certains écrivent chardonnay (graphie de loin la plus courante au Québec, et conforme au nom d’une localité de la vallée du Rhône, en France); d’autres écrivent chardonay. Par ailleurs, certains prononcent char-doné; d’autres, char-donè. Les deux prononciations sont admises.

Ce qui / Ce qu’il

Corrects tous les deux

La forme avec ce qu’il, comme dans Nous verrons ce qu’il se passera, est d’un style plus soutenu que celle avec ce qui, comme dans Nous verrons ce qui se passera. Les deux tournures sont cependant correctes. Même remarque pour des exemples comme Qu’est-ce qui arrive? / Qu’est-ce qu’il arrive? et des phrases semblables.

Marie est montréalaise / Marie est Montréalaise

Corrects tous les deux

Doit-on employer une minuscule ou une majuscule dans ce cas? Les deux formes sont jugées tout à fait correctes. L’Académie française elle-même estime que « l’usage en la matière est mal fixé ». Le principe s’applique à l’ensemble des villes, pays ou autres entités géographiques.

COVID-19 / Covid-19

Québec : la COVID-19. France : le Covid-19

Au Québec et dans le reste du Canada, le nom COVID-19 est employé au féminin, et tout en majuscules. On y parle donc de « la COVID-19 ». Cet usage est conforme à celui de l’Organisation mondiale de la Santé. En France, les médias écrivent généralement « le Covid-19 », au masculin et avec une majuscule seulement à la première lettre du mot.

Météorologiste / Météorologue

Québec : souvent météorologue. France : souvent météorologiste.

Au Québec, on dit urgentologue, alors qu’en France on dit urgentiste (voir ces mots dans l’article Les urgences / L’urgence du présent blogue).

Syntoniser

Québec : capter une station. France : mettre en état de syntonie.

Le verbe est courant au Québec (ex. De cet endroit reculé, on ne réussit pas à syntoniser Radio-Canada). En France, où le terme a un sens plus étroitement technique, le mot est beaucoup moins utilisé.

Postuler à / Postuler pour / Postuler

Corrects tous les trois

On peut postuler au poste de directrice, postuler pour le poste de directrice, ou encore postuler le poste de directrice. La plupart des sources (sauf l’Académie française) jugent les trois formes correctes.

Évènement / Événement

Corrects tous les deux

Le mot évènement se prononce dans tous les cas évè-ne-men, bien que certains continuent d’écrire événement, par tradition. Le même principe s’applique aux mots allègement ou allégement, ou encore à allègrement ou allégrement, qui sont tous admis aujourd’hui.

Daurade / Dorade

Corrects tous les deux

Poisson à reflets dorés ou argentés pêché dans l’Atlantique Est ou en Méditerranée. Selon Larousse, les deux graphies sont admises, mais daurade est la plus usuelle.

À-plat-ventrisme / Aplaventrisme

Connu au Québec, mais pas en France

Le mot aplaventrisme, qui s’écrit souvent aussi à-plat-ventrisme, est synonyme de servilité ou d’obséquiosité. Inconnu des dictionnaires de France, il est assez répandu au Québec.

Visionnage / Visionnement

Corrects tous les deux

Visionnement est présenté comme un québécisme dans le dictionnaire Usito et dans le Grand dictionnaire terminologique de l’Office québécois de la langue française. Par ailleurs, le terme visionnage est le seul à figurer dans le Larousse en ligne et le Petit Robert.

Biennal / Bisannuel

Corrects tous les deux et synonymes

Ces mots signifient « qui a lieu tous les deux ans ou qui dure deux ans ». Ne pas confondre avec bimestriel : « qui a lieu ou qui parait tous les deux mois ». Ni avec semestriel : « qui a lieu tous les six mois ou qui dure six mois ». Pour ajouter à la confusion, le mot anglais biannual veut dire « qui a lieu deux fois par an » alors que le mot anglais biennial signifie « qui se tient tous les deux ans ».

Vice versa / Vice-versa

Corrects tous les deux

Cette expression se prononce « visse versa » ou « vissé versa » dans l’ensemble de la francophonie. Au Québec, on entend surtout « visse versa ». La prononciation « vissé versa » peut induire certaines personnes à écrire incorrectement « vice-et-versa ». La présence ou l’absence d’un trait d’union entre les mots vice et versa est laissée à la discrétion de chacun.

Canette / Cannette

Corrects tous les deux

L’origine du mot canette, que certains écrivent cannette, est complexe. Au milieu du 19e siècle, il s’agissait d’une petite bouteille en verre contenant de la bière ou du jus. Par la suite, avec la popularisation de la vente d’eau gazeuse et de bière en boite de conserve (can en anglais), le terme a connu une seconde vie. Le mot canette, répandu aujourd’hui au Québec et en France, désigne maintenant une petite boite métallique contenant une boisson.

Arachide / Cacahouète

Québec : arachide. France : cacahouète.

Au Québec, de même qu’en Afrique, le mot le plus couramment employé pour désigner ce fruit est arachide, qui est féminin (ex. des arachides salées). Le beurre d’arachide (qui s’écrit également beurre d’arachides avec s) est un produit courant depuis longtemps en Amérique du Nord. En langage familier, les Québécois disent aussi pinotte (du mot anglais peanut). En France, on utilise plutôt cacahouète ou cacahuète, qui se prononce toujours kaka-ouète. Au Québec, pistache est encore parfois employé au sens d’arachide, mais y est considéré comme vieilli dans ce sens.